L’avenir du numérique s’éclaircit mais une page se tourne pour le papier : la vente de livres en ligne dépasse la vente en librairie aux USA

Intéressante information publiée chez BookStats : en 2013, la vente de livres en ligne (livres imprimés et e-books) a généré plus de bénéfices que la vente physique. Et encore, ne sont comptés que les livres dotés d’identifiant international (numéro ISBN), ce qui signifie que la plupart des e-books auto-édités ne sont pas pris en compte !

e-books

La vente d’e-books en hausse de 10% aux USA

Au total, plus de 512 millions d’e-books ont été vendus en 2013, soit une hausse de 10% par rapport à l’année précédente ! Si l’on compare ces chiffres aux 63 millions d’e-books écoulés en 2008, on constate que la croissance du secteur est aussi régulière que rapide…

Continue reading L’avenir du numérique s’éclaircit mais une page se tourne pour le papier : la vente de livres en ligne dépasse la vente en librairie aux USA

Pourquoi je ne participerai pas à l’Académie Balzac

academie-bastringue

En mars dernier, les Éditions du Net lançaient un projet plutôt prometteur (sur le papier) : l’Académie Balzac, première émission permettant de suivre des écrivains au plus près de la réalité.

L’idée était simple et sympa : sélectionner 20 auteurs qui auront pour mission de rédiger ensemble, et en 20 jours, un roman sur le thème de leur choix. À l’issue du défi, le roman devait être édité et publié à l’occasion de la Journée du Manuscrit (le 24 octobre).

Seule condition pour postuler : avoir édité au moins un livre à compte d’éditeur. Du coup, je décidais de postuler pour cette aventure assez inédite, plutôt stimulé à l’idée de rencontrer d’autres auteurs, de tester de nouvelles méthodes d’écriture… et de passer 2-3 semaines dans un château pour l’occasion !

Quelle déception.

Continue reading Pourquoi je ne participerai pas à l’Académie Balzac

"21 idées pour mieux communiquer" : conférence sur la communication et la gestion du stress

La vidéo de ma conférence pour le 3ème congrès du Gredi (sur le thème du stress, qui a eu lieu en novembre 2013 à Colmar) est disponible sur sante-video.com !
 

 
Ce n’est pas la meilleure prestation de tous les temps mais j’y aborde plusieurs méthodes pour améliorer sa communication, en écho à "Discours du Manager : comment écrire un discours, parler en public et devenir un leader".

Continue reading "21 idées pour mieux communiquer" : conférence sur la communication et la gestion du stress

La dépression au bout de l’assiette : le fast-food et les acides gras trans augmentent le risque de troubles dépressifs

Vous le saviez déjà, la junk-food pourrait accentuer l’asthme et rend aussi accroc que les drogues dures. Mais ce n’est pas tout, le fast-food et les pâtisseries industrielles sont à la fois les ennemis de la santé cardiaque et de la santé mentale ! En effet, les consommateurs de pizzas, hamburgers, muffins et autres doughnuts ont plus de risques de développer une dépression…

junk or health food

Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont les scientifiques de l’Université de Las Palmas aux Canaries et de l’Université de Navarre. Ils sont formels, et leur étude publiée dans Public Health Nutrition est sans équivoque, comme l’explique Almudena Sánchez-Villegas dans El Mundo :

« Nous avons constaté que les participants ayant une consommation plus élevée de restauration rapide ont un plus grand risque de dépression que les participants n’ayant pas consommé ces aliments. Le risque est accru d’environ 40%. »

40%, ce n’est pas rien ! Quand on sait qu’on trouve environ 20% de dépressifs chez les 15-25 ans français, il y a de quoi être inquiet. Or l’enjeu de cette étude est bien plus vaste : la dépression affecte 121 millions de personnes à travers le monde. Et si des études antérieures suggèrent le rôle préventif de certains nutriments et aliments (vitamines B, oméga-3…), on sait encore peu de choses sur le rôle de l’alimentation dans le développement de troubles dépressifs.

Continue reading La dépression au bout de l’assiette : le fast-food et les acides gras trans augmentent le risque de troubles dépressifs