Devenir ghostwriter : comment écrire un discours ou un livre avec la voix d’un autre ?

ghostwriting

Si devenir ghostwriter (ou « nègre littéraire ») n’a rien d’évident, remplir sa première mission en tant que « plume d’un autre » pose un défi majeur : écrire avec la voix de quelqu’un d’autre.

Qu’il s’agisse d’un discours, d’un livre ou d’une tribune, voici 3 étapes simples (mais pas si faciles…) pour vous aider à enfiler le costume de votre client.

1- Ecouter

La façon la plus simple et la plus efficace d’écrire avec la voix de quelqu’un d’autre est tout simplement d’écouter comment « parle » cette personne… y compris sur des supports écrits !

Assistez à ses discours, regardez et/ou lisez ses interviews, relisez ses productions précédentes, discutez avec elle en posant des questions très ouvertes pour l’inciter à parler plus longuement…

Et surtout, prenez des notes ! On reconnait souvent un auteur à certains mots, certaines expressions, certaines tournures de phrases, une manie de citer tel ou tel auteur, une anecdote récurrente, etc. Ensuite, relisez vos notes à haute voix pour voir comment ça sonne et comment vous pouvez intégrez l’ensemble dans votre texte.

2- Ecrire

Une fois que vous commencez à reconnaitre les expressions et la façon d’écrire ou de parler de votre auteur, il faut commencer à écrire. Tant que vous ne vous y mettrez pas, vous ne saurez pas si vous arrivez à bien transcrire sa façon de s’exprimer.

Et ne vous contentez pas de votre texte brut, éditez-le ensuite en le lisant à haute voix, notamment en ce qui concerne les enchainements, les comparaisons, les idiomes…

L’idéal est d’écrire un premier chapitre (ou une première trame de discours) et d’avoir un retour rapide de votre client pour voir les points sur lesquels vous devez travailler. Ne craignez pas de faire plusieurs allers-retours ou de demandez l’avis de proches de votre client. L’important, c’est que votre texte ressemble à votre auteur.

3- S’adapter

Les retours que vous recevrez de vos premiers clients peuvent être assez perturbants voire assez frustrants. On vous demande de supprimer la super métaphore que vous pensiez avoir trouvé, on vous explique que telle idée est très mal formulée… Peu importe, ne vous attachez pas à vos propres mots : l’auteur, ce n’est plus vous, c’est votre client.

N’oubliez pas qu’en matière de consulting (et il s’agit bien de cela quand on parle de ghostwriting), c’est celui qui tient le chéquier qui décide. Si votre client vous demande instamment de ne pas utiliser tel mot ou telle expression, vous devez supprimer toutes les occurrences qui se trouvent dans le texte, point barre.

N’oubliez pas que le texte final ne sera pas un présentoir pour votre talent mais un support pour le message de votre auteur. Ce n’est sans doute pas pour rien que les Anglo-Saxons utilisent le terme de ghostwriter : tel un fantôme, vous devez disparaitre derrière les besoins de votre auteur.

Et si votre client retouche tout ?

Là encore, il faut apprendre à faire avec. Certains clients retoucheront à peine votre texte, d’autres le ré-écriront presque de A à Z. J’en conviens, travailler avec les premiers est bien plus agréables qu’avec les seconds… mais c’est ainsi.

Plus pernicieux, vous aurez aussi ceux qui vous disent « c’est génial » puis qui ré-écrivent tout et d’autres qui vous disent « je vais tout ré-écrire » et qui changent finalement trois mots. Mais peu importe, l’important est que chacun y trouve son compte.

Et ne vous inquiétez pas pour la suite : travailler avec un auteur devient toujours plus facile avec le temps puisque vous maitrisez de mieux en mieux sa façon de s’exprimer, ses tournures de phrases préférées, etc.

Quant à vos angoisses sur une question de synonyme ou de point-virgule, c’est normal… C’est le métier qui rentre, comme on dit !

 



Comprendre. Apprendre. Surprendre.
Inscrivez-vous ci-dessous et restons en contact.

jemabonne

 

Un commentaire sur « Devenir ghostwriter : comment écrire un discours ou un livre avec la voix d’un autre ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s