Comment vaincre sa timidité : 2 exercices surprenants proposés par Cécile Marguin

Comment vaincre sa timidité : 2 exercices surprenant proposés par Cécile Marguin

 
Pendant de nombreuses années, j’ai été particulièrement timide. Aller voir d’autres enfants pour leur demander de jouer avec moi était un calvaire. Faire un exposé en public (fut-ce devant ma salle de classe) générait d’énormes angoisses. Aller à une soirée pour rencontrer du monde ? Impossible rien que d’y penser !

Heureusement pour moi, nos pensées nous façonnent et j’ai trouvé comment façonner mes pensées pour façonner mon existence, ce qui la rend bien plus agréable à vivre. Si vous aussi vous souffrez de timidité, sachez donc que rien n’est perdu… à condition d’agir. Mais de ne pas agir n’importe comment.

En effet, les timides mettent en place un panel de stratégies et autres tactiques d’évitement pour essayer de faire face à la souffrance qui accompagne leur timidité. Par exemple :

  • Les timides évitent les situations anxiogènes
  • Les timides tentent de contrôler leurs symptômes physiques

Attention, je ne dis pas que ces idées sont toutes mauvaises ! Cependant, elles sont souvent mises en œuvre de façon assez maladroite, ce qui donne des résultats inefficaces voire contre-productifs. Pour faire le point et trouver des solutions, je vous propose deux exercices issus du livre A visage découvert de Cécile Marguin.

 
Stratégie n°1 : l’évitement des situations anxiogènes

  • La solution inopérante : l’évitement

La grande majorité des timides s’efforce d’éviter les situations anxiogènes. Par exemple, un adolescent, tétanisé à l’idée de prendre la parole devant la classe, développera une stratégie d’évitement (préparer l’exposé mais faire parler un camarade, se faire porter pâle le jour J…).

  • La solution de Cécile Marguin : l’exercice du pire

Selon l’auteure, « une peur que l’on n’affronte pas grossit mais une peur que l’on regarde en face diminue. » Dès lors, l’idée est de faire traverser (mentalement) au timide le scénario qu’il redoute le plus, en prenant 10 à 15 minutes quotidiennes (pendant une dizaine de jours) pour imaginer ce qu’il pourrait se passer de pire.

Ainsi, dans l’exemple de l’adolescent effrayé par un exposé, il peut imaginer de nombreuses situations difficiles : s’évanouir en classe, faire l’objet de moqueries, être affublé d’un surnom ridicule, ne plus pouvoir aller en classe et devoir être déscolarisé… A terme, plus l’adolescent timide prendra la parole (et constatera que ces prévisions si pessimistes ne se produisent pas), plus il lui sera facile de le faire.

 

Comment vaincre sa timidité : 2 exercices surprenant proposés par Cécile Marguin

 
Stratégie n°2 : se focaliser sur les symptômes physiques

  • La solution inopérante : la tentative de contrôle

La timidité est souvent accompagnée de symptômes physiques comme le rougissement, un bégaiement, une transpiration excessive… Et en essayant de contrôler ces symptômes envahissants, par nature incontrôlables, on perd le contrôle. Eh oui : tenter de ne pas rougir est la façon la plus certaine d’aggraver le rougissement…

  • La solution de Cécile Marguin : assumer librement

Selon Cécile Marguin, « plutôt que d’essayer de les contrôler, invitez vos symptômes, forcez-vous à transpirer, à rougir, à bégayer ». Avant une réunion ou une présentation, l’idéal serait donc d’annoncer que vous allez très certainement rougir ou bégayer. Enfin, quand les prémisses de ces manifestations physiques arrivent, il faut tenter de les augmenter. Ne pas se dire « il faut que cela s’arrête », mais plutôt « il faut que ça continue ».

L’objectif est ainsi de passer d’un symptôme envahissant à exactement l’inverse : un symptôme prescrit donc volontaire.

Bien sûr, le but n’est pas de mettre volontairement mal à l’aise la personne timide, mais en cherchant intentionnellement à rougir, les rougissements n’arrivent pas (ou en tout cas de façon moins intense) car le fonctionnement habituel est court-circuité : « c’est la peur de rougir qui accentue les rougissements, or chercher à s’efforcer de rougir détourne la peur ou la rend moins envahissante » explique l’auteure dans A visage découvert.

 
Vous passez à l’action pour combattre votre timidité ?

J’en ai conscience, ces exercices sont faciles à décrire sur le papier mais beaucoup plus difficiles à réaliser. Pour autant, vous n’avez pas trop le choix si vous voulez vaincre la résistance au changement : vous devez passer à l’action, et personne ne peut le faire pour vous.

Le choix vous appartient : vous pouvez ne rien faire et la peur subsistera, ou vous pouvez agir et la situation changera. Après tout, même si c’est inconfortable, vous avez survécu jusque là, et rien ne vous oblige à changer. Mais vous pouvez affronter la réalité pour vaincre vos peurs, et votre vie deviendra assurément plus confortable.

 



Comprendre. Apprendre. Surprendre.
Inscrivez-vous ci-dessous et restons en contact.

jemabonne

 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s