Capitalisme karmique et engagement philanthropique : sauver les pingouins, nourrir les orphelins ou protéger les oursins ?

Si le profit est le seul moteur de votre activité professionnelle, pauvre de vous. Les entreprises ne sont pas que des machines à générer de l’argent et à broyer des salariés, au même titre que les administrations ne sont pas que des machines à générer des normes et à broyer des volontés. Un monde meilleur est à construire, et le capitalisme karmique n’est pas une utopie.

N’imaginez pas qu’il faille des millions de dollars et des ambitions planétaires pour changer la vie. Le système éducatif, la santé de vos salariés et de l’ensemble de vos concitoyens font aussi partie de l’écosystème dans lequel vous évoluez. Si sauver une espèce animale en voie de disparition au Guatemala ne vous fait pas vibrer, vous pouvez simplement envisager d’aider les enfants de l’orphelinat du coin à partir en vacances.

Pingouins

A ce sujet, n’ayez aucun complexe sur l’engagement que vous choisirez. Les snobs du bénévolat et les prétentieux de l’action humanitaire font fausse route : l’essentiel est de faire quelque chose qui améliore d’autres vies que la vôtre, tout simplement. Il n’y a pas de graduation. Nourrir les enfants cambodgiens à l’autre bout de la planète n’a pas plus de valeur que de donner à manger aux enfants des travailleurs pauvres qui vont aux Restos du cœur. Lutter contre l’illettrisme en Ouzbékistan n’a pas plus de valeur que de le faire dans nos quartiers populaires. C’est toute la planète et tous ses habitants qui ont besoin d’aide ; aucune comparaison qualitative ou quantitative n’a de sens.

D’ailleurs, peut-être que votre bonne action aura finalement un effet catastrophique. L’enfer est pavé de bonnes intentions ici comme ailleurs, et il est impossible de connaître d’avance les conséquences de nos actes. La mousse organique que vous protégez au sommet du Kilimandjaro est peut-être la clé d’un remède contre une dégénérescence cellulaire et le projet humanitaire que vous menez en Equateur aboutira peut-être à la disparition des Chachapoyas. Qui sait ? Faites du mieux que vous pouvez et espérez que le meilleur arrive, mais ne tombez pas dans une vaniteuse concurrence sur le thème « ma cause est meilleure que la vôtre ».

Améliorer la vie quotidienne des habitants de votre commune n’est pas moins noble que de sauver des vies aux antipodes. Si vous changez le monde positivement, alors vous marchez sur la bonne route.

 



Comprendre. Apprendre. Surprendre.
Inscrivez-vous ci-dessous et restons en contact.

jemabonne

 

2 commentaires sur « Capitalisme karmique et engagement philanthropique : sauver les pingouins, nourrir les orphelins ou protéger les oursins ? »

  1. Bien dit ! Entre autres petites choses, je diffuse à la pelle des distributions Linux. Ca a de la valeur, ça grand Sctroumph ?🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s