Comment improviser un discours : principes de base et techniques d’improvisation pour une prise de parole en public

Comment improviser un discours : principes de base et techniques d’improvisation pour une prise de parole en public

 

Si improviser un petit discours en public vous donne des sueurs froides, dites-vous qu’il suffit d’un peu de méthode pour limiter la casse et d’un peu de volonté pour progresser.

En parcourant un peu ce blog, vous pouvez apprendre deux choses essentielles :

Et bien sûr, il y a aussi les phrases et les (petites) erreurs à éviter quand on fait un discours. Mais pour le reste, inutile de réinventer la roue en essayant d’imiter ce que vous voyez à la télé : des techniques existent et elles ont déjà fait leurs preuves en situation. Donc respirez, souriez, parlez et concluez. Et surtout, prenez le temps… de prendre le temps !

 
Sourire et prendre son temps

La première chose à faire quand on vous demande de parler, c’est de respirer. Cela peut vous sembler anodin, mais c’est la meilleure façon de commencer.

Entre le moment où l’on vous propose de parler et celui où vous commencez à le faire, prenez le temps d’avoir une bonne respiration abdominale. S’il vous faut quelques secondes supplémentaires pour cela, aucun problème : ces quelques instants grappillés vous permettront d’obtenir le silence de la salle et de générer une position d’écoute chez vos auditeurs.

En même temps que vous respirez, pensez à sourire. Même si vous avez un peu le trac, cela laissera votre auditoire penser que vous êtes à l’aise, il sera donc en de meilleures dispositions pour vous écouter. Et puis sourire a toujours un effet sur celui qui sourit, cela contribuera donc à vous détendre et à vous rendre plus serein avant de commencer à parler.

Une fois que vous êtes prêt, allez-y. Mais ne confondez pas improvisation et précipitation : prenez votre temps. On vous a demandé de parler, pas de parler vite.

Prendre votre temps vous permettra de structurer votre pensée et de mettre en place vos idées. Parler lentement aura deux effets positifs : vous aurez l’air parfaitement à l’aise et vous pourrez réfléchir à ce que vous allez dire.

N’hésitez pas à installer des pauses pendant que vous parlez : prendre le temps de parler et de marquer des silences sera utile aussi bien pour vous que pour votre public.

Parler vite est d’ailleurs la marque des orateurs paniqués : n’avez-vous jamais vu quelqu’un se lever et bredouiller rapidement trois phrases avant de se rasseoir en ayant le souffle court et le visage tout rouge ? Évitez de faire la même erreur, d’autant plus que marquer des silences est encore plus légitime lorsqu’on improvise, puisqu’on n’a pas eu le temps de préparer un discours et qu’on n’a aucune note sous les yeux.

 
Les 3 S : sincérité, spontanéité, simplicité

Lorsqu’on improvise en public, la règle des 3 S est une bonne ligne de conduite. Il faut faire preuve de sincérité, de spontanéité et de simplicité.

  • Sincérité

Ne cherchez pas à délivrer un message élaboré, dites ce que vous pensez. Et si cela fait appel à une émotion en particulier, c’est encore mieux, votre discours n’en sera que plus touchant. N’essayez pas de masquer votre ressenti ni de biaiser vos sentiments. Lors d’un discours improvisé, on attend de vous un « parler vrai » qu’on ne retrouve que rarement dans les interventions minutées. Profitez-en, votre marge de manœuvre est plus grande !

  • Spontanéité

Puisque vous n’avez pas eu le temps de préparer de citation de circonstance ni de métaphore filée pour dérouler votre propos, il ne vous reste plus qu’à être spontané. Le danger, c’est d’être pris de court et de n’avoir rien à dire… mais rien ne vous empêche de changer les règles du jeu en parlant d’un thème connexe !

Par exemple : vous n’avez pas grand-chose à dire sur l’interruption volontaire de grossesse et ses considérations éthiques ? Expliquez que ce thème fait avant tout référence au combat de milliers de personnes pour l’émancipation de la femme et embrayez sur l’égalité des sexes, les débats actuels sur la parité et le « plafond de verre » dans les entreprises, etc. Si on vous a donné la parole, vous pouvez en faire ce que vous voulez

  • Simplicité

Enfin, puisqu’on vous a demandé d’improviser un petit discours, n’essayez pas de le transformer en long exposé. Faites court, et restez le plus simple possible. Une longue improvisation est généralement plus ennuyeuse qu’un long discours, puisqu’on ne sait pas où elle mène et qu’elle n’a pas de plan précis en guise de feuille de route. Idem pour les phrases : sujet, verbe, complément, c’est amplement suffisant !

 


 

« ORATEUR »
ORATEUR - comment parler en public, faire un discours et devenir charismatique
Comment parler en public, faire un
discours et devenir charismatique !
« OBJECTIF PLUME »
OBJECTIF PLUME - comment écrire un discours, construire un message et convaincre un auditoire
Comment écrire un discours, construire
un message et convaincre un auditoire

 



Comprendre. Apprendre. Surprendre.
Inscrivez-vous ci-dessous et restons en contact.

jemabonne

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s