Comment prendre un mois (ou trois mois) de congés : 5 choses à savoir pour partir faire le tour du monde

Comment prendre un mois (ou trois mois) de congés : 5 choses à savoir pour programmer de longues vacances et partir en voyage au bout du monde

 

Que vous soyez salarié ou entrepreneur, prendre un mois de vacances est souvent un rêve difficilement accessible, sauf lorsque votre entreprise ferme un mois pendant l’été (mais cela vous laisse alors peu de congés à prendre pendant le reste de l’année). Mais si vous pouviez prendre 2 mois ou même 3 mois, ce serait vraiment génial, non ?

Si on peut s’offrir le luxe de partir longtemps, les avantages sont nombreux. Outre le plaisir de déconnecter du travail pendant une période assez longue (et les bienfaits qui vont avec), on peut aussi partir plus loin et prendre le temps de visiter et de mieux découvrir l’endroit où l’on se trouve. On peut aussi ne pas partir du tout et en profiter pour mener un projet personnel, comme écrire un livre, perdre du poids ou créer un business sur Internet.

Bien sûr, on peut aussi trouver des excuses pour ne pas le faire. Parce qu’on risque de rater une opportunité, parce qu’il est mal vu d’être injoignable, parce que telle ou telle proposition risque de vous échapper… Mais l’adage est connu : quand on veut, on trouve des moyens, quand on ne veut pas, on trouve des excuses.

Pendant plusieurs années, j’ai moi aussi hésité à m’absenter longtemps, et le cas échéant, vous pouviez être sûr que j’allais me débrouiller pour trouver un cybercafé ou une connexion Internet, même au fin fond du Laos. Ce qui est assez risible, quand on sait que la première chose que j’ai faite après avoir obtenu mon master est de m’envoler pour m’installer en Asie pendant 18 mois.

Comment prendre un mois (ou trois mois) de congés : 5 choses à savoir pour programmer de longues vacances et partir en voyage au bout du monde

Mais il y a deux ans, j’ai réalisé que si j’avais décidé de devenir écrivain et de créer une entreprise sur le Web, c’était pour être libre, pas seulement pour être indépendant (ce qui n’est pas exactement la même chose). Je suis donc parti en voyage autour du monde pendant 3 mois… et le monde ne s’est pas croulé. Ni la vente de mes livres, ni mes autres projets (c’est même pendant cette période que j’ai eu l’idée de créer The Book Maker).

Je vous propose donc 5 idées et remarques si l’envie de faire la même chose vous titille fort.

 
Prévoyez les choses avec de l’avance.. beaucoup d’avance

Si vous pensez que partir en vacances pendant 6 à 12 semaines est impossible, vous n’avez pas complètement tort : c’est impossible dans l’immédiat. Vous avez sans doute des engagements personnels et professionnels sur lesquels il serait difficile de revenir dans les semaines ou les mois qui viennent. C’est pourquoi vous devez anticiper les choses, en prévenant vos clients ou votre employeur longtemps à l’avance.

D’une part, cela permet de négocier d’éventuelles conditions d’absence et d’anticiper les difficultés logistiques, et cela facilite le fait que chacun accepte, car tout ce qui parait loin parait un peu irréel. D’autre part, cela vous fixe aussi une deadline pour vous organiser et boucler tous vos dossiers avant votre départ (y compris tout ce qui peut tourner autour de votre logement : assurance, gardiennage, location…).

 
Acceptez l’évidence : vous allez perdre de l’argent

Tout le monde sait que les voyages coûtent cher et que les billets d’avions ne sont pas gratuits. Ajoutez à cela le logement, la nourriture… et l’addition grimpe. Pour autant, dites-vous aussi que plus vous partez longtemps, plus vous lissez vos dépenses fixes, en particulier si vous allez dans un pays peu onéreux, puisque le prix du logement et de la nourriture réduisent vos dépenses quotidiennes.

Bien sûr, il y a aussi le coût d’opportunité : les contrats que vous n’allez pas signer, les éventuels salaires que vous n’allez pas toucher… mais soyez conscient que la richesse n’est pas que financière et qu’une telle expérience vaudra largement le manque à gagner. En revanche, si l’argent est votre seul référence, pas de discussion possible : restez chez vous et continuez à bosser comme un dingue pour engranger du pognon.

Comment prendre un mois (ou trois mois) de congés : 5 choses à savoir pour programmer de longues vacances et partir en voyage au bout du monde

 
Décidez de la façon dont vous souhaitez être joignable

Ne pas être joignable est souvent ce qui effraie la plupart les cols blancs, mais c’est aussi la question qui est au coeur de l’expérience : il ne s’agira pas de vacances si vous avez un client ou votre patron tous les matins au téléphone… ni si vous regardez vos e-mails professionnels au saut du lit (je refuse de mettre un répondeur mais c’est une option utile si c’est un usage dans votre entreprise).

Dès lors, c’est à vous de fixer des limites, aussi bien aux autres qu’à vous-même. Ces limites peuvent être technologiques et logistiques (bon courage pour choper de la 4G si vous faites un trek dans le Mondolkiri), mais elles doivent aussi être une discipline personnelle que vous vous imposez comme une hygiène de vie : pourquoi ruiner votre soirée en passant la nuit à régler un problème de bureau alors que vous sortez tout juste d’un agréable spectacle du Cirque du Soleil ?

 
N’ayez pas peur de rien faire

Je connais pas coeur le mécanisme qui consiste à remplir son agenda de voyage : puisqu’on a du temps libre, on va écrire un article par jour, finaliser une proposition commerciale aux petits oignons, tenir un carnet de voyage… pas vrai ? Eh bien non, pas vrai : au final, on fait rarement toutes ces choses là et on se surprend à apprécier de ne rien faire.

J’ai souvenir d’un séjour à Houston où l’essentiel de mon temps a consisté à manger, dormir près d’une piscine, me promener dans des librairies, regarder des conférences sur les chaînes de télé locale et parler avec tout habitant curieux de savoir d’où venait mon drôle d’accent. Je n’ai globalement rien fait de plus pendant plusieurs jours… et j’en garde un excellent souvenir !

 
Autorisez-vous à perdre du temps

Lorsque je parle de mes voyages, les gens sont souvent surpris du peu d’endroits où je suis allé en regard du nombre de semaines où je suis parti. Chacun son truc, mais je ne considère pas qu’empiler des punaises sur une mappemonde soit l’alpha et l’omega du tourisme : quand un endroit me plait, j’aime y rester.

Que ce soit Phu Quoc ou Miami, Ceuta ou Santa Monica, Kep ou Koh Samui… j’apprécie de prendre le temps de découvrir le mode de vie des gens, de faire des rencontres et d’essayer des choses auxquelles on pense rarement quand on change de ville tous les jours. Et s’immerger dans un nouvel endroit prend du temps, mais il ne faut pas avoir peur d’utiliser vos précieuses minutes pour vous s’enrichir des différences et des découvertes. C’est précisément ça qui n’a pas de prix !

Alors, vous partez quand ? Vous partez où ? Pour combien de temps ?

 



Comprendre. Apprendre. Surprendre.
Inscrivez-vous ci-dessous et restons en contact.

jemabonne

 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s